Rendez-vous du 20 au 31 Juillet 2022

24e édition

OUVERTURE DE LA BILLETTERIE / MERCREDI 4 MAI À 15H

Quatuor Arditti 3/3

Vendredi 29 Juillet 2022 - 17h00
Église de La Salle-Les-Alpes

Quatuor Arditti
(Irvine Arditti, violon ; Ashot Sarkissjan, violon ; Ralf Ehlers, alto ; Lucas Fels, violoncelle)

Programme :

Samy Moussa, Quatuor à cordes
Wolfgang Rihm, Grave – In memoriam Thomas Kakuska
Iannis Xenakis, Tetora
Pascal Dusapin, Quatuor à cordes n° 7
« Open Time »
vingt et une variations pour quatuor à cordes

Placement libre
Tarif plein : 20
Tarif réduit : 15
Moins de 12 ans : Gratuit

Programme de salle

Le Quatuor Arditti prend ses quartiers d’été à la Meije pour trois concerts exceptionnels construits autour des quatuors de Pascal Dusapin.

L’histoire du Quatuor Arditti se confond avec celle de la musique de chambre contemporaine des quarante dernières années : rassemblés autour de l’infatigable Irvine Arditti, les musiciens sont à eux seuls les créateurs de plusieurs centaines d’œuvres écrites pour eux et d’une discographie riche de près de deux cents opus (dont deux consacrés aux quatuors et trios de Pascal Dusapin).

Les trois concerts mettent en regard les quatuors de Pascal Dusapin avec ceux de trois figures emblématiques pour le compositeur : le maître, l’élève et l’ami. Le maître Iannis Xenakis tout d’abord, qui aurait eu cent ans cette année, dont Pascal Dusapin a suivi les cours avec passion pendant quatre années (et qui lui-même avait été marqué par les cours d’Olivier Messiaen). L’élève, c’est Samy Moussa, jeune compositeur canadien qui a suivi son enseignement à la Hochschule de Munich. Et enfin Wolfgang Rihm, que Pascal Dusapin considère comme son « frère allemand ».

Le troisième et dernier concert des Arditti réunit des œuvres des quatre compositeurs. Le quatuor à cordes de Samy Moussa, dédié à Pascal Dusapin, celui de Wolfgang Rihm, Grave, dédié à la mémoire de l’altiste du quatuor Alban Berg, le quatuor Tetora de Xenakis, qui peut surprendre par sa sobriété et son dépouillement. Enfin, dernier des quatuors de Pascal Dusapin, Open Times est composé de 21 variations qui s’enchaînent sans aucune pause, générées à partir d’un geste originel énoncé à l’alto au tout début de la partition. « Presque rien, deux notes » ; presque sans importance mais qui aura pourtant de grandes conséquences sur le cours de la partition

Les autres concerts